• A l'ombre du vieux chêne

     

     


    A l'ombre du vieux chêne

    A l'ombre du vieux chêne

    Je m'en irai dormir à l'ombre du vieux chêne,
    Près de ce compagnon de ma plus jeune enfance ;
    Oui, je m'endormirai avec l'âme sereine...
    Pour terminer mes jours ainsi que ma souffrance.

    Sous son feuillage épais, je choisirai ma tombe
    Pour reposer tranquille et serein à la fois,
    Tandis que, sur ses bras tendus, une colombe
    S'en viendra roucouler le matin, quelquefois.

    Je ne sentirai plus ni le vent, la froidure,
    Ni le soleil de plomb par les beaux jours d'été,
    Je dormirai, enfin, parmi cette verdure
    Goûtant avec délice à l'immortalité 

     

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

     

    « poeme »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :